Nutrition et rhumatologie

Les Différents Régimes

Diverses théories alimentent nos croyances entre effet néfaste du gluten, des produits laitiers ou autres… Peu de preuves scientifiques à tout cela.
En ce qui concerne le gluten, il fait partie intégrante de notre alimentation depuis quelques dizaines de milliers d’année.
Le blé moderne comporte 42 chromosomes contre 14 auparavant, en soit ce n’est pas grave. De nouvelles protéines ont ainsi été synthétisées pour améliorer notre santé mais certaines d’entre elles peuvent être moins digestibles par l’homme.
Aujourd’hui les pathologies engendrées par le gluten sont clairement identifiées :
1/ l’allergie au blé
2/ la maladie Cœliaque ou intolérance au gluten,

Le Syndrome de Sensibilité au Gluten Non Cœliaque ( SGNC) : troubles digestifs, arthralgies , désordres neurologiques est décrit par certains patients mais n’est répertorié au niveau médical , nous sommes actuellement dans l’incapacité à prouver que ce syndrome existe .

CONSEILS AUX PATIENTS :
Nos aliments modernes comportent des proportions bien plus importantes en gluten que les farines du passé. Toutes les farines blanchies, sont enrichies en gluten et donne cet aspect gluant aux aliments.
L’exclusion complète du Gluten de l’alimentation en dehors de l’allergie au blé et de la Maladie Cœliaque risque de déclencher à terme une authentique allergie avec, toute réintroduction de cet aliment impossible.
Il semble donc beaucoup plus adapté, de privilégier des aliments contenant des farines complètes et non blanchies, limitant ainsi les désagréments d’une digestion trop fastidieuse.

Il existe également à coté du gluten, de très nombreux sucres complexes ajoutés à l’alimentation industrielle n’étant probablement pas hors de cause dans les symptômes décrits par les patients.

Le régime sans gluten strict n’est donc pas recommandé dans le cadre des douleurs articulaires.
Il est formellement DANGEREUX chez les enfants.
Vigilance chez les patientes après la ménopause qui risqueraient de se carencer fortement par l’exclusion de certains aliments ( gluten ou lactose)

 

Alimentation et microbiote

Une alimentation « saine » participe à l’amélioration des symptômes liés aux maladies inflammatoires chroniques.
Une alimentation plus saine et variée : enrichie en acides gras insaturés ( origine végétale) et acides gras oméga 3 poly insaturés ( poissons), calcium et vitamine D , fibres , permettra dans un premier temps de mieux contrôler votre poids.

Mais ce n’est pas tout, cette alimentation saine permettra également de rééquilibrer votre microbiote intestinal , c’est à dire l’ensemble des micro organismes qui colonisent votre tube digestif ( jusqu’à cent mille milliard de bactéries)
Dans les maladies inflammatoires chroniques ce microbiote est déséquilibré du fait d’une augmentation de la perméabilité de la paroi des intestins.

Ne vous lancer surtout pas dans un régime sans l’avis d’un professionnel de santé, car certains régimes peuvent entraîner une carence importante en vitamines et minéraux surtout s’ils sont suivis au long court.